Autoedite
Partager c'est aimer !

Comment écrire un livre : Scrivener la Rolls des écrivains

Soyez le premier à partager cet article !

Comment écrire un livre et/ou avec quoi ?

Lorsque je me suis lancé dans l’écriture et l’édition la question s’est posée. Comment écrire un livre ? Comment m’organiser et faire mûrir tranquillement mes idées ? Comment gérer mes recherches sans me perdre dans un grand nombre de dossiers ? Je me voyais mal tout gérer avec des dossiers et un simple Word. Même si beaucoup de personnes le font. Mais lorsque l’on a une créativité foisonnante, un logiciel linéaire tel que Word ne facilite pas la tâche.

Sans parler de l’organisation de ses écrits si on veut écrire de manière non linéaire dans Word. J’en suis où ? Je dois relire quoi ? J’avais prévu de mettre cette partie où ? etc.

Pourquoi Scrivener ?

Scrivener est un outil d’écriture que j’utilise depuis des années et que je trouve fabuleux. Il permet à la fois d’écrire de manière non linéaire et organisée, et de garder toutes ses recherches et idées sous la main.

Vous pouvez écrire des heures sans vous soucier de classer vos idées, les différentes parties, etc. Vous le faites une fois que vous avez fini d’écrire en quelques minutes. Vous savez toujours où vous en êtes, où sont vos idées.

Ainsi, rien ne vous empêche de commencer par le milieu, la fin, ou de noter une idée de scène pour votre futur roman, puis de la garder de côté en attendant de savoir où l’utiliser.

Vous pouvez changer l’agencement de l’ensemble de votre livre en quelques secondes, comme vous le feriez avec des fichiers sur votre ordinateur. Vous gardez également sous la main toute l’information dont vous avez besoin.

Scrivener ne s’adresse pas uniquement aux auteurs de livres, il peut également intéresser les bloggers, les scientifiques, toute personne qui écrit et peu avoir besoin d’organiser ses idées, garder sous la main ses recherches, avoir une maîtrise totale de l’organisation sans se prendre la tête avec une multitude de fichiers, ou à chercher dans un looong texte sous Word.

L’interface de Scrivener

Au premier abord Scrivener peut paraître un peu compliqué, mais il ne l’est pas tant que ça et en vaut la peine. Il a besoin que l’on s’habitue à cette nouvelle façon de travailler. Il demande un petit temps d’adaptation.

Voici donc son interface qui s’organise en trois principales parties.

comment écrire un livre

  1. Il s’agit du Classeur, c’est ici que vous organisez vos écrits, que vous pouvez les découper sous forme de documents et dossiers. C’est aussi ici que vous trouverez toutes vos recherches. Les documents de la recherche peuvent être du texte, une vidéo, un enregistrement sonore, une page web, une image, un PDF.
  2. L’éditeur, c’est ici que vous écrivez, mais également que vous affichez vos recherches auxquelles vous vous référez. Quand vous écrivez, une page sans fin est à votre disposition, vous ne vous souciez pas de la mise en page. Seulement à la fin une fois que vous avez terminé.
    Cette fenêtre peut être unique ou se partager en deux. Vous pouvez sur le même écran afficher une fenêtre sur laquelle vous écrivez et en dessous ou à côté un autre document de votre ébauche ou de vos recherches.  Vous pouvez également afficher cette fenêtre en plein écran, sans le Classeur (partie 1) et l’inspecteur (partie 3).
  3. L’inspecteur quant à lui permet d’organiser plus en profondeur vos écrits. Il a plusieurs fonctions en plus d’afficher le titre et le résumé du document. Il comprend des informations d’organisation de votre document, comme des métadonnées, les mots clés pour vous y retrouver, l’état d’avancement (si c’est à faire, à corriger, etc.). Il vous permet de gérer les notes de texte et de bas de page, et également les notes du document ou du projet.

Le Classeur

Quand vous écrivez sous Scrivener vous pouvez très bien écrire au kilomètre sans vous soucier de découper votre document. Vous le faites après. Vous découpez votre texte d’un simple clic droit sur la souris, puis l’organisez dans le Classeur. Vous pouvez voir également en haut du Classeur ce qu’ils appellent les collections et un champ de recherche. Vous pouvez très bien enregistrer votre recherche sous la forme d’une collection, mais aussi créer une collection.

Une collection est une partie de ce que vous avez écrit et à laquelle vous avez besoin d’accéder rapidement. Par exemple toutes les scènes d’actions en Angleterre de votre héroïne ou les articles en préparation pour votre site internet.

Pour organiser vos recherches et vos documents dans le Classeur il suffit de les faire glisser à l’aide de votre souris. En bas du Classeur vous avez des boutons pour ajouter un document ou un dossier.
Enfin la partie recherche du Classeur accepte tout un tas d’informations, que ce soit un simple fichier texte, un PDF, des images, une vidéo, un fichier son, une page internet, les différentes pages liminaires de votre livre selon que vous le compiliez pour le papier, pour Kobo, Amazon ou autre.

comment écrire un livre

La fenêtre de composition

scrivener fenêtre de composition

Cette fenêtre ne sert pas uniquement qu’à écrire, mais aussi à vous référer à vos recherches, que ce soit du texte, afficher une page internet dans Scrivener, l’interview sonore que vous avez faites et voulez transcrire, un PDF ou une vidéo, des photos vous inspirant pour votre roman. Vous pouvez partager l’écran en deux pour vous référer à vos recherches.

Mode sans distractions

Si vous pouvez partager l’écran en deux il existe également un mode “écriture au kilomètre sans distraction” qui vous permet de vous affranchir de toute distraction de l’interface.

scrivener - mode écriture au kilomètre
Vous pouvez néanmoins vous référer à des documents si nécessaire dans ce mode.

scrivener - mode écriture au kilomètre

Tous les outils pour écrire un livre, un document scientifique ou autre sont rassemblés, il n’est pas nécessaire d’utiliser tous les outils, c’est en l’utilisant que l’on s’approprie les options qui nous conviennent le mieux. Je ne listerai pas les nombreuses options de Scrivener.

Mode tableau

L’interface de composition comprend trois modes d’affichages principaux. Celui d’écriture et de références à vos documents de recherches et d’informations. Mais vous pouvez également afficher vos documents sous forme d’un tableau et de cartes. Ainsi vous pouvez réfléchir à l’organisation de vos scènes par exemple, ou de votre livre pratique, en réorganisant les cartes. Laisser aller votre imagination pour trouver la suite de votre roman, et ajouter une petite carte avec l’idée en résumé dessus.

Scrivener le mode plan

Mode plan

Enfin, le mode plan qui vous permet d’accéder d’un seul coup d’oeil à toutes les informations. Vous pouvez en un coup d’oeil voir différentes informations et savoir où vous en êtes. Par exemple les étiquettes, le statut de vos écrit, comment vous voulez les compiler, etc. Vous pouvez voir ce que vous pouvez ajouter comme information en haut à droite. Comme le nombre de mots, vos objectifs (en nombre de mots par exemple), votre progression, les métadonnées personnalisées, etc.

Vous pouvez organiser vos documents par information. En cliquant sur statut par exemple cela affichera tout ce que vous avez “à faire” ensemble, les premières ébauches ensemble, etc.

Comment écrire un livre

Le mode page

Si Scrivener est pratique pour s’organiser, écrire au kilomètre avec la feuille blanche sans fin, il est aussi agréable une fois terminé de pouvoir mettre en page ou de voir ce que ça donne.

Nous verrons ça plus tard, mais au moment de la compilation vous pouvez tout aussi bien gérer la mise en page au dernier moment, que définir dans l’éditeur la mise en page de certains documents et les “compiler tel quel”. D’où cette option dans l’inspecteur que nous verrons par la suite.

L’affichage de votre page dépendra de vos réglages de “configuration de la page”.

Comment écrire un livre - scrivener le mode page

L’inspecteur

Voici l’inspecteur plus en détail.

scrivener l'inspecteur
En haut vous pouvez voir le nom de votre document ou dossier ainsi qu’un résumé (il n’y en a pas ici). En dessous des informations et “réglages” rapides d’accès tel que l’étiquette ou le statut, la date de la dernière modification, si vous voulez “inclure dans la compilation”, s’il faut mettre un “saut de page avant” lors de la compilation ou “compiler tel quel”. Vous pouvez choisir ces options lors de la compilation également.

Les étiquettes permettent d’indiquer une information. Par exemple par défaut si le document est un chapitre ou un concept. Mais vous pouvez y indiquer l’information que vous désirez comme “seulement papier”, “seulement numérique” ou autre. Cela permet entre autre de faire le tri lors de la compilation.

Le statut ici correspond au stade de votre document. Est-il “à faire”, “première ébauche”, “ébauche révisée”, “ébauche finale”, “OK”. Ce sont ici les statuts par défaut, mais ne vous laissez pas enfermer par ceux-ci, vous pouvez y mettre ce qui vous est le plus pratique.

Voici maintenant une présentation des onglets.

L’onglet 1 : ce sont les notes de projet ou du document sur lequel vous écrivez (celui sélectionné dans le Classeur).

scrivener métadonnées

L’onglet 2 : ce sont les références. Si vous faites glisser une référence, comme ici une image dans un dossier de l’ordinateur, elle s’affichera dans la fenêtre de composition.

scrivener - références
L’onglet 3 : ce sont les mots clés. Ils permettent de mieux vous organiser et vous y retrouver. L’inspecteur affiche les mots clés que vous avez assignés à ce document.

La fenêtre des mots clés permet elle de tous les afficher. Vous pouvez même créer des “sous-catégories” dans les mots clés. Par exemple si vous avez plusieurs héros dans votre roman, on pourrait imaginer un mot clé “Canva” ou/et “Createspace” rattaché au mot clé “outils internet”.

scrivener mots clés
L’onglet 4 : ce sont les métadonnées personnalisées. Vous remplissez certaines métadonnées par défaut, comme le titre, l’auteur, etc. Vous pouvez décider de créer des champs personnalisés avec d’autres informations. Ci-dessous j’ai ajouté un champ personnalisé “Date de publication” qui me permet de connaître la date de publication de mes articles.

 

Comment écrire un livre - scrivener métadonnées personnalisées

L’onglet 5 : ce sont les instantanés. Ils permettent de mémoriser un document à un instant “T” avant de le modifier. Par la suite vous pouvez ainsi y revenir si jamais vous regrettez et même comparer les deux.

L’onglet 6 : ce sont les commentaires de texte et les notes de bas de page.

Export

Vous avez fini d’écrire votre livre, il ne vous reste plus qu’à l’exporter. Avec Scrivener vous n’avez pas besoin de dupliquer votre fichier pour en faire un spécial pour le format ePub, un autre pour le format .mobi d’Amazon, un pour la version papier, etc.

Vous écrivez et la mise en page se décide au dernier moment. Vous décidez comment les titres des chapitres s’affichent, où il doit y avoir un saut de page, des polices, des retraits, etc. Vous pouvez décider de quel document doit être inclus ou pas dans la compilation et changer les pages liminaires de votre livre selon la destination. Pratique pour inclure ou pas les variations en fonction du format d’export de votre livre, sans devoir tout refaire.

Enfin certaines pages peuvent demander que vous réalisiez une mise en page avant compilation, comme votre page titre par exemple. Vous pouvez donc très bien inclure dans votre compilation des parties que vous avez mises en pages dans l’éditeur, et d’autres dont vous décidez la mise en page au dernier moment pour tout le reste du livre. Très pratique à l’usage.

Sans rentrer dans les détails de l’export voici une petite présentation.

Le module d’export

scrivener compiler son livre

Le nombre de formats n’est pas négligeable. Ici l’onglet “contenu” où vous décidez ce que vous allez inclure ou pas, si vous voulez un saut de page avant ou pas, compiler tel quel ou pas.

Dans l’onglet de mise en forme ci-dessous, la mise en page est décidée pour tous les dossiers de niveau 1 (ceux en jaune, comme ça c’est clair). Vous pouvez ajouter un préfixe qui s’appliquera à tous ces dossiers, ici “Partie n” et ensuite le titre dessous qui correspond au nom du dossier.

Enfin vous choisissez une seule fois la mise en page pour tous ces dossiers et pouvez très bien en programmer plusieurs pour vos différents formats sans avoir à reformater tout votre livre.

scrivener compiler son livre

Ici pour les documents

scrivener compiler son livre

Vous pouvez évidemment mémoriser vos différents réglages de compilations. Ainsi lorsque vous passez de la version papier à la version .mobi ou ePub, vous ne perdez pas vos réglages.

Conclusion

Scrivener est un outil très polyvalent qui permet d’organiser et exporter ses écrits. Du livre au journalisme en passant par vos articles de blog, des écrits scientifiques. Certains utilisent même Scrivener pour planifier leurs projets.

Il peut paraître un peu compliqué au premier abord à cause la profusion de possibilités, mais il en vaut le coup tellement il peut faire gagner du temps. Il est de plus agréable à utiliser une fois un minimum maitrisé.

Scrivener répond bien à cette question comment écrire un livre. Car s’il ne vous permettra pas d’avoir par miracle le style de Victor Hugo, en revanche il vous aidera à faire mûrir vos idées.

  • En notant tout et en organisant vos idées petits à petits
  • En les ayant sous les yeux constamment, votre livre va petit à petit prendre forme.

Vous écrirez plus et plus facilement que si vous étiez devant une page blanche avec un ordre à respecter, du début vers la fin.

Enfin, il n’est pas nécessaire d’utiliser toutes les options pour organiser vos écrits. Les concepteurs de Scrivener proposent dans Scrivener énormément de souplesse, chacun y trouvera sa manière de l’utiliser.

Pour finir Scrivener est disponible sur Mac et sur Windows et une version d’essai est proposée ici : https://www.literatureandlatte.com

Enfin nous proposons divers articles sur Scrivener sur notre site et un mini cours disponible en remplissant le formulaire ci-dessous.

Source : article que nous avons écrit en partenariat avec le Hibooks.club

Leave a Comment:

*